SNUipp Allemagne

SNUipp Allemagne

Mobilisations : ça continue de chauffer de par le monde

Le lundi 27 novembre a été une exceptionnelle journée d’action dans tout le réseau AEFE. (Lire notre article.) Pour autant, les mobilisations ne sont pas arrêtées au matin du 28, elles se sont poursuivies tout au long de la semaine dans de nombreux pays et sous différentes formes : manifestations avec banderoles, tracts et mises en scène pour plus de visibilité : “en deuil” (tous en noir), “carton rouge” (et sifflets), “gilets jaune” ;  lettres, pétitions ; entrevues avec les postes diplomatiques. Chaque visite officielle provoque une ré-action.

Ces mobilisations en photos sur notre article Compte-rendu des actions    ou encore  Twitter Snuipp Allemagne.

 

Nos collègues de Munich ont poursuivi leur action en se rassemblant avec les parents d'élèves, jeudi 6 décembre, devant le consulat général. Ils ont été reçus par le Consul, M. Lanapats et le proviseur de Munich, M Buttani. Le Consul ne semblait pas très au fait du dossier. Il a tenté de rassurer quant au devenir du réseau mais n'a pu que se contredire quant à la pérennité des postes de résidents en Europe et des  EGD. Il a néanmoins assuré qu'il ferrait remonter le mécontentement de la communauté éducative.

Les représentants du personnel Snuipp de Munich ont également rencontrer le 29 novembre dernier, Monsieur Petit, nouveau député de la circonscription. Que vous dire, sinon qu'il n'y a rien à attendre de ce Monsieur. Il est comme attendu contre la grève, très fier du gouvernement, pas question de demander un retour en arrière sur les 33 millions d'euros supprimer au budget 2017. Il a développé l'argumentation maintes fois entendue sur les bancs de ces nouveaux députés LREM qu'il s'agirait d'un problème de gestion de l'AEFE (ce que nous avons déjà pu lire dans ces divers compte-rendu de travail de député). Nous ne devons pas les lâcher! La pression ne doit pas retomber et nous devons , au côté des parents, faire savoir au gouvernement que nous ne laisserons pas le réseau être privatiser sans agir!

Vous pouvez encore signer les pétitions des parents de l'Ecole française de Stuttgart: Pétition Stuttgart et celle de l'Ecole française de Heidelberg Pétition Heidelberg.IMG_7122.JPG
IMG_7126.JPG
IMG_7132.JPG
IMG_7133.JPG
IMG_7136.JPG
IMG_7141.JPG

Le SNUipp revendique un budget sincère qui permette un enseignement de qualité pour les élèves et ne précarise pas les personnels avec des contrats de bric et de broc.

Un amendement tout chaud :

La grève porte ses fruits. Le 4 décembre, le Sénat a adopté un amendement à l’unanimité moins une abstention visant à augmenter de 30M€ la subvention de l’AEFE (et compenser la coupure de 33M€ de cet été).

Le projet de Loi de finances 2018 va maintenant retourner à l’Assemblée nationale. Chaque député doit se prononcer, notamment les députés des Français de l’étranger. Nous vous invitons donc à écrire personnellement à votre député afin de lui demander d’approuver cet amendement de “restitution” pour au moins préserver les crédits de l’Agence.

 

La mobilisation doit se poursuivre pour que cette modification de budget soit votée, pour que le plan d’économie de l’AEFE soit revu, pour que l’avenir de l’établissement public soit garanti, et pour que les personnels ne soient plus menacés.) Ecrivez à notre député, Monsieur Frédéric Petit (frederic.petit@assemblee-nationale.fr), pour qu'il soutienne l'amendement du Sénat lors du vote du budget à l'Assemblée Nationale (Cf compte rendu Sénat).

 

 

Communiqué de presse commun

Français du monde-ADFE et les représentants des syndicats SNES-FSU, SNUipp-FSU, UNSA-Education, Sgen-CFDT, se sont réunis le lundi 6 novembre. Ils ont exprimé leur vive inquiétude quant à l’avenir du réseau d’enseignement français à l’étranger.

L’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), extension du service public français de scolarisation, fait depuis 27 ans la preuve de son excellence. Outil majeur de la diplomatie d’influence de la France, elle est aujourd’hui financée en majeure partie par les familles. La priorité à l’éducation affirmée par le gouvernement pouvait laisser espérer une dotation de l’État à la hauteur des besoins. Au lieu de cela, le gouvernement a annulé au mois de juillet 33 millions d’euros de crédits sur le budget 2017 en cours. Cette baisse de près de 10 % de son budget contraint l’AEFE à prévoir la suppression sur les trois ans à venir de plus de 500 postes d’enseignants titulaires, soit 8 % des effectifs actuels. En outre, elle ne pourra verser en 2018 aucune subvention aux établissements, hors sécurité et investissements programmés, et fera passer de 6 à 9 % la participation financière complémentaire (assise sur les frais de scolarité) que doivent lui verser les établissements en gestion directe et conventionnés. Ces mesures affecteront obligatoirement les frais d’écolage, les budgets des établissements, le nombre de titulaires et risquent d’entraîner le déconventionnement d’établissements donc une privatisation encore plus grande du réseau. La notion de réseau d’enseignement français ne peut se concevoir sans l’opérateur public, qui, y compris dans les pays les plus pauvres ou difficiles, est à même de garantir la qualité de l’enseignement, de dynamiser les établissements, et de sécuriser les parcours des personnels.
Les signataires, très attachés à l’enseignement français à l’étranger en tant que mission de service public relevant d’un opérateur public, voient dans cette coupe budgétaire brutale une grave menace qui fragilise l’AEFE et affecte l’ensemble de la communauté éducative.
Les signataires demandent que le budget 2018 soit un budget sincère permettant à l’AEFE de remplir l’ensemble de ses missions. Ils demandent que les 33 millions d’euros annulés soient remis au budget afin que les crédits de l’AEFE soient réellement préservés.

Appel commun

 

Coupe budgétaire sans précédent dans le budget de l'Agence:

http://snuipp-allemagne.blog4ever.com/coupe-budgetaire-sans-precedents-dans-le-budget-de-l-aefe

Rentrée 2017: préserver notre modèle social:

Emploi, conditions de travail, pouvoir d’achat, santé, logement, retraite : la FSU sera dans les mobilisations le 12 septembre et propose une journée d'action unitaire Fonction publique en octobre.
Les annonces et les décisions du gouvernement, guidées par l’austérité mettent à mal les solidarités et s’attaquent brutalement aux droits sociaux : nouvelle réduction des dépenses publiques, suppressions de contrats aidés, baisse des APL, multiplication inacceptable de mesures concernant les agents publics, réforme du Code du travail sans réel débat démocratique... lire la suite

 


 

 images.jpeg

 

 

 

 Bonne rentrée 2017! Faites-vous entendre! Syndiquez-vous au SNUIPP!